Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ains les prist li traitres .i. poi ains l’ajorner,
10520« Ens en l’aigue de Rosne les vint li fel jeter :
« La les quida noier et a la mort livrer.
« J’estoie sous le pont, car Dieus m’i ot mené,
« Et pescoie a la lune coiement a celé,
« Quant jou vic les enfans ens en l’aigue floter ;
10525« D’eus mi aprocha[i] tant ques gari en ma nef,
« Puis mis jou tous mes dras por eus envoleper.
« Et dame Aie ma feme o le viaire cler
« Del lait de ses mameles les alaita assés.
« Puis issi de la vile coiement a celé(es).
10530« Molt doutames Makaire le quiver parjuré ;
« Tant nagai par le Rosne que je vinc en la mer.
« Dieu[s] nous mena molt bien par la soie bonté
« Tout droit a Tornebrie la mirable chité.
« La trovai Gratien, le fort roi coroné,
10535« Et cil fist les enfants baptisier et lever,
« Puis les fist bien norir a joie et a bonté.
« Après par aventure i fu vo[s] fiex mené[s] :
« .iiii. laron l’avoient a Panpelune enblé,
« U Makaires l’avoit mis et enprisoné,
10540(f. 170)« Qui Dieu a renoié, (et) a Mahon [s’est] torné.
« Jamais tele aventure n’ora nus hon conter :
« Puis que rois Grasiens ot Aiol acaté,
« Furent il en la cort teus .v. ans tous passés,
« Que l’uns ne sot de l’autre son ceur ne son pensé.
10545« La merchi Dameldé qui en crois fu penés,
« Tant avons les enfans noris et alevés
« A ceste Pentecoute les avons adoubés
« Li fors rois Grasien[s] et Aiol[s] li senés ;
« N’a plus biaus chevaliers dessi en Duresté.
10550« Il ne vos virent onques, mais il vos ont mandé
« Que secorés lor mere se de riens les amés.
— Sainte Marie dame, » (che) dist Elie li ber,
« Chou est la riens el mont que j’ai plus dessiré.

    — 10520 En el aigue — 10524 el laigue