Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

.xiiii. chevaliers ardis et adurés,
10450Sor lor iex de lor teste lor commande a garder.
Assés lor fait avoir et baillier et doner.
Li maronier sont sage qui les durent guier :
Del port se dessevrerent, quant furent desancré,
Et drechent sus les cingles, si prendent a esrer.
10455Damelde[x] les conduist, si orent boin oré.
Ne sai que vos deusse lor estoire aconter :
Droitement a Saint Gille sont [ens] el avene entré.
Quant il furent a tere poi i o[n]t sejorné,
Et vinrent a Saint Gille al cors saint honoré.
10460Quant ont fait lor priere, si s’en sont retorné,
Et monterent es seles des mulès sejorné[s],
Et trespassent Provence, n’i ont gaires esté ;
Il trespassent Alverne et Beri par delés,
Et viennent a Orliens la mirable chité ;
10465La troverent Elie, le viel kenu barbé,
Et la ducoisse Avisse al gent cors honoré,
Et Terris li messages est el castel entrés :
(c)Ja dira teus parolles qui molt venront a gré.
Or ne demandé[s] mie s’il fu bien ostelés,
10470Et il et tout li sien qu’il i ot amenés.
Elies et sa feme se sient lés a lés,
De joste la fouriere sor .i. tapi coré(s) :
« Bele seur, » dist Elie[s], « envers moi entendés.
« Cui porons nous laisier no(u)s rices iretés ?
10475« Aiols no[s] fieus est mors et a sa fin alés :
« Il ne fu jors piecha que n’en aie pensé.
« Anuit songa[i] .i. songe dont molt sui esfraés :
« Jo vi devers Espaigne venir tout abrivé
« Un(e) estoire de gent richement conreé :
10480« La ert mes fieus Aiols, li gentiex et li ber ;
« O lui avoit .ii. fieus, si biaus com .i. jor cler.
« Or me consaut icil qui en crois fu pené[s],
« Moi samble adès del songe que che soit verités. »

    — 10463 Alverne] limbe — 10465 li v.