Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

10380« Et pescoie a la lune, ne vos en quier mentir,
« Quant Makaire[s] li fel, que Dieus puist maleir,
« Les en geta en l’aigue, qui les quida perir,
« Et Damelde[x] de gloire qui les vaut garandir.....
« Et jes pris ambedeus en ma nef por garir :
10385« Si vi(e)nc fors de la tere, [o] les enfans (en) fui.
« Aiol, por vos enfans sui ge clamés katis
« Et issus de ma terre et livré[s] a essil.
« La grase Dameldé qui onques ne menti,
« Tant avons les enfans alevés et nori[s],
10390« Qu’il sont or chevalier aparant et furni.
« Veés en chi les letres, les saieus et l’escrit. »
Le brief traist de son sain et le roi le rendi,
Et li rois le rendi son capelein Henri.
Cil a froisiet la chire, si esgarde l’escrit,
10395Le roi en apela, en plorant li a dit :
(f. 169)« Sire drois enpereres, merveiles puis oir.
« Cis hom est nés de Franche, niés le roi Loeys,
« Et fieus al duc Elie qui preus est et ardis :
« Ains de plus franc linage nus chevaliers n’issi ;
10400« Cil doi sont si enfant que vos avés nori ;
« Teri[s] par sa bonté les a de mort gari. »
Et quant l’entent li rois, molt joians en devint :
Molt en fu grant la joie el palais signori.
Qui la veist baisier le pere et les .ii. fis,
10405Et le roi Grasien et le maistre Teri,
Et Aien la cortoise qui tant a cler le vis,
Et la gentil roine o le cors signori,
Et les frans chevaliers qui li orent servi !

CCLXXVII[1]

« Enfant, » che dist Aiol[s], « ja est prise vo mere
10410« Et est a Panpelune en la prison son pere.
« Illeuc le tient Makaires li traitres, li lere,
« Ja le m’esteut laisier dolante et esgaree.
— Sire, » che dist Tumas, « bataille en ert jostee.

    — 10391 escris — 10408 franc