Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CCLXVII[1]

10175Aiols fu en la cort molt durement amés :
Cascun jor voit ses fiex, mais nes connut li ber.
Puis ont il en la cort teus .v. ans conversé
Que l’uns ne sot de l’autre son ceur ne son pensé.
Quant Aiol[s] li cortois peut ses fieus encontrer,
10180(c)Plus de .vii. fois les baise, les bouces et les nés :
Tous tans i trait del pere li cuers et li pensés.
Dame Aie la cortoise sot bien de verité,
Et Teri[s] de Lossane, li gentiex et li ber,
Que che sont si enfant, mais n’en voilent parler,
10185Tant aiment les enfans avoec aus a garder.

CCLXVIII[2]

Che fu a Pentecouste, [a] une feste haute,
Terris ist del moustier et dame Aie la sage.
Aiols l’en araisone, qui de parler se haste,
En .i. consel l’apele en une croute gaste :
10190« Teris, » che dist Aiol[s], « molt estes preu et sage,
« Car me cargiés vos fieus por Dieu l’esperitable.
« Se il peuent tant vivre qu’il puisent porter armes,
« Jou lor ferai porter beles et convenables ;
« Jamais ne verés home plus volentiers le face.

CCLXIX[3]

10195« Terris, » che dist Aiol[s], « je puis molt dolant estre :
« Dieus me dona deus fiex de ma mollier [la] bele ;
« Makaires les noia, li quivers de put estre,
« Dedens l’aigue del Rosne, bien en sai la novele. »
Quant l’entendi Teri[s], si enbroncha la teste :
10200« Biaus sire Aiol[s] de Franche, molt fu laide la perte, »
Dame Aie la cortoise son signor en apele :
« Sire, merchi por Dieu, le glorieus celestre ;
« Ne li di pas encore que si fil doivent estre.
« Jamais n’aroie joie en cest siecle terestre
10205« Se les enfans perdoie, dont sui fors de ma tere. »

CCLXX[4]

« Aiol, » che dist Terri[s], « molt son[t] bel mi enfant :
« Ambedeus les leva li fors rois Grasians,