Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les dames de la tere se sont crestiennees,
Et li rois Grasiens a la chiere menbree
Les a as gentiex homes de sa tere donees :
(b)Par celes ert la tere de crestiens puplee.
10145La fille Florient fu Aiol presentee,
N’ot plus bele pucele dusqu’en la mer betee :
« Biaus sire Aiol[s] de Franche, » chou a dit l’enpereres,
« S’il vous vient a talent, foi que je doi mon pere,
« Cesti vous doing a feme et toute la contree
10150 « Que nous avons par forche vers les Turs conquestee.
— Sire, » che dist Aiol[s], « ne plache a Dieu le pere
« Que jou ja prenge feme tant com j’ai[e] duree,
« Tant com j’aie la moie de la cartre jetee,
« Que d’eure beneoit[e] euc a feme espossee :
10155« Ele est a Panpelune, en la cartre son pere,
« Illeuc le tient Makaires li traitres, li leres.
« Ch’est li hon que plus hec qui onc fu nés de mere ;
« Car .ii. fieus me noia de ma feme espousee
« Dedens l’aigue del Rosne devant une ajornee :
10160« Dieus me doinst tel vengance com j’aie desiree ! »
Quant l’entendi Teris, s’a le teste levee,
Cil gardoit les enfans et Aie la senee :
Mais il ne vaut plus dire ileuc de sa pensee.
Quant il orent la tere vraiement asenee,
10165Les casteus et les marches toutes aseurees,
Et il ot de sa gent la terre bien puplee,
Dessi a Tornebrie n’i ot resne tiree :
Sa gent done congiet, si vont en lor contree.
Toute la cort le roi est vers Aiol tornee,
10170Por la bonté de lui fu toute aseuree ;
Puis fist mainte bataille al tranchant de l’espee :
Ne sai que toute l’eure vos en fust ja contee.
Or mais porés oir com si fil se proverent,
Et par quele maniere s’acointierent al pere.

    — 10143 Leus — 10154 Que dame — 10174 mainere