Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Rien en effet de commun entre Aiol et S. Aioul, comme le montrera une courte analyse de la vie de ce saint qui nous a été laissée par deux ouvrages principaux portant les titres suivants (AA. SS. Sept., I, 728 ss.) :

Vita, auctore incerto, ex ms. bibliothecæ Constantini Cajetani (loc. cit., 743 ss.) ;

Vita altera, auctore Adrevaldo [1] monacho Floriacensi, ex ms. Rubeæ Vallis [2] (loc. cit., 747 ss.).

D’après ces deux ouvrages, qui la plupart du temps concordent entre eux, S. Aioul est né à Blois [3] vers 630, sous le règne de Dagobert. Entré de bonne heure à l’abbaye de Fleuri, il fut chargé par l’abbé Mummolus d’aller au Mont Cassin chercher les reliques de S. Benoît [4]. Après

  1. Adrevald, moine de Fleuri, composa plusieurs ouvrages restés célèbres au moyen-âge. Il vécut de 820 à 878 ; telles sont du moins les dates extrêmes de sa vie qui sont fixées par l’auteur de la notice de l’Histoire littéraire, V, 515-7.
  2. Il est bien probable que pour composer son histoire, Adrevald s’est servi de la première vie ; c’est du moins ce qui paraît résulter et de la forme même des deux vies, et surtout de ces mots « cujus etiam passio apud nos habetur », qui dans la bouche d’Adrevald sont une allusion à un ouvrage antérieur qui n’est autre que cette vie de S. Aioul sans auteur connu.
  3. Nous savons que l’action du poëme primitif se passe dans le centre de la France ; d’autre part S. Aioul est né à Blois : c’est sans doute ce rapprochement qui a conduit le remanieur à identifier Aiol et S. Aioul. M. H. Suchier tout dernièrement (Jenaer Literaturzeitung, 1877, 44) semble admettre comme vraie cette identification.
  4. Cette translation du corps de S. Benoît a été fort contestée et a donné lieu à des controverses souvent intéressées, surtout entre Français et Italiens. Est-ce le corps tout entier ou seulement une partie qu’on a enlevé ? L’âge de S. Aioul permet-il de supposer qu’on ait pu le charger d’une mission aussi grave ? Par suite, est-ce bien à lui qu’il faut attribuer cette translation, si tant est qu’elle ait eu lieu ? Telles sont les questions qui se sont élevées à ce pro-