Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Si aquellent la proie, dont lieve li hustin[s].
10005Et Sarrasin se corrent isnelement garnir.
Quant li rois Floriens la noise [en] entendi,
Il demande ses armes el palais signori :
Par grant air s’adoube, et fel fu et ardi[s] ;
Monte sor Ploiegant, onques millor ne vi ;
10010Il saisi la grant targe u fu poins Apolins.
Plus de .vc. s’en issent par la porte Hain,
Les nos en encauchierent tout .i. feré cemin.

CCLXV[1]

Li fors rois Floriens pense de l’encauchier.
Des nos a retenus .xiiii. chevaliers ;
10015Il trespasse l’agait .i. grant arpent plenier :
Et li agais s’escrie et devant et derier.
Aiols saut de l’aguait et li rois Grasien[s],
Si escrie Monjoie, li preus et li legier[s].
Il garda devant lui, voit le roi Florien ;
10020Bien le connut as armes, il en fu ensengiés,
Il broche Passavant des esperons des piés ;
Floriens le regarde, s’est vers lui adrechiés :
Grans cos se vont doner sor les escus pleniers,
Desor la boucle d’or les ont frains et perchiés :
10025Molt sont fort li auberc, nes peuent desmaillier.
Li rois brise sa lanche qui fu boins chevalier[s],
Et Aiols le feri a loi d’ome guerrier,
Que çaingle ne poitral ne li ot ainc mestier,
Que le roi n’abatist devant lui del destrier.
10030Aiols furnist son poindre comme boins chevalier[s],
Al roi Florien est ariere repairiés
Et tient traite l’espee, s’a l’escu enbracié(s).....
A haute vois s’escrie : « [Franc guerrier], di moi qu’ies.
« Des armes a porter n’es tu pas costumier[s]
10035« A ceste(i) nostre loi : je l’ai bien essaié(s) ;
« Car ainc par un seul home ne vuidai mon destrier.
« Tu me sambles de Franche des ardis chevaliers.

  1. — 10032 Lacune ; c’est le roi qui parle au vers suivant.