Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dient cil qui l’esgardent mainte communalment :
« Chi a boin chevalier, ardi et combatant.
— E Dieus ! » che dist li rois, « par vostre saint commant,
« Com m’avés bien aidiet de chou que vos demanc ! »
9940Li enpereres broche le boin mulet anblant,
Venus est a Aiol, se li dist en riant :
« Biaus sire Aiols de France, a vos me renc et vanc :
« Que trestoute ma tere soit a vostre commant ;
« Cui vous vaurés air, n’ait plus retenement.
9945« Del roi de Salenike me claim trestout avant,
« Qui me gaste ma terre, mon ceur en ai dolant.
— Sire, » che dist Aiol[s], « entendés mon samblant.
« Cargiés moi .iii(i)m. homes de chevaliers vaillant.
— Non ferai, » dist li rois, « car n’en ai mie tant,
9950« Tant qu’il seront mandé par mes teres plus grans.
— Sire, » che dist Aiol[s], « dites vostre talent :
« Combien en avés vous a boins cevals corans ?
— Amis, » che dist li rois, « bien sont .m. et .vii. cens.
— Par foi ! » che dist Aiol[s], « c’est biaus commenchemens.
9955« Or le laisons issi dusc’a l’aube aparant. »
Et respondi li rois : « Tout a vostre commant. »
En Tornebrie en entrent li petit et li grant :
S’Aiol[s] fu bien servis, n’est drois c’on le demant.
Cele nuit le laisierent dusc’a l’aube parant.
9960Quant la nuit sont as dois et as tables seant,
[Par] devant Aiol vindrent anbedoi si enfant,
Et il les apela et dist : « Venés avant. »
A la coupe d’or fin les abevra li frans,
Et dist entre ses dens soef en souspirant :
9965« Ahi ! Makaires fel, li cors Dieu te cravent !
(f. 166)« Tu m’as tolu el mont que plus amai forment :
« Car s’encore vesquissent anbedoi mi enfant,
« Ausi grant fuisent il com cil, mien ensiant ! »

CCLXIII[1]

Il font faire les lis, si se vont reposser

    — 9953 .viic. — 9954 commenchement — 9960 dois des t.