Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant l’entendi Aiols, forment plore et souspire :
9800Ne se vieut parjurer, sa foi lor a plevie ;
Ne set pas la grant joie la u Jesu le guie :
La trovera ses fieus sains et saus et delivres,
Et Terri le cortois et Aie la nobile,
Et le roi Grasien qui les enfans norie.
9805Il n’avoit .ii. si biaus dusc’al port de Hungrie ;
.vii. ans orent passé ançois c’Aiol veissent.

CCLXI[1]

Li .iiii. laron sont dedens lor nef entré ;
Aiol ont mis dedens, le vasal aduré,
Et leverent lor single, si se sont desancré :
9810Damelde[x] lor dona boin vent et boin orré.
Ne sai que je vous doie lor estoire aconter,
Ne combien il esturent en palegre de mer :
Vienent a Tornebrie, la sont droit arivé.
Quant il vinrent a l’avene, lor cingle ont avalé,
9815Et jeterent lor ancre, bien se sont apresté,
Et issent de la rive, s’ont guerpie lor nef.
La troverent le jor une grant feste anel ;
La furent crestian et Turc aseuré ;
D’avoir d’estrange tere i ot molt grant plenté.
9820Ausi com autre avoir metent Aiol venel :
Li laron l’orent bien vestu et conraé ;
Il ot chemise et braies d’un cai[n]sil afloré,
Et puis cauces de paile, soler[s] a or ovré[s],
Et peliçon hermin tout d’orfroi[s] engoulé,
9825Et après .i. diaspre qu’il li ont endossé,
Et d’un vermel samit l’ont molt bien afublé :
N’ot plus bel chevalier dessi en Duresté,
Se ne fust la prison u il ot tant esté ;
Mais bien avoit .v. ans en cartre conversé.
9830A mervelle l’esgardent li per de la chité,
Et dist li uns a l’autre : « Molt a cis grant bonté.
« Onques Dieus ne fist tere ne si grant roiauté,

  1. — 9820 venle