Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Menés me a vostre ostel, je voil veir ma fille. »
Et respondi Makaires : « Volentiers, biaus dous sire. »
Il trespasse la rue et le bourc et le vile,
Dessi a son ostel ne cesse ne ne fine ;
9665Il en a apellé Floquipasse et Prospisse ;
Si fait jeter Aiol de la cartre perine
Et Mirabel sa feme qu’(i) a grant tort i fu mise.
Mibriens voit sa fille qui molt fu asouplie :
De la longe prison a la color noirchie.
9670Quant Mibrien[s] le voit, par la main l’a saisie,
Il l’en a apelé, se li commenche a dire :
« Avés vous relenqui Mahomet, bele fille ?
— Oie, » che dist la dame, « por amor Dieu, biaus sire.
« Je ne pris vostre Dieu Mahomet une aillie.
9675« Chou que Sarrasin croient tieng jou a grant follie,
« Quant ne croient en Dieu le fieu sainte Marie. »
Quant l’entent Mibriens, a poi n’esrage d’ire.

CCLVII[1]

Mibrien[s] prist sa fille par le blance main destre.
« Avés vos relenqui Mahomet, fille bele ?
9680— Oie, » che dist la dame, « n’en dites mais, kaiele ! »
Quant Sarrasin l’oirent, si s’esragent et dervent.
« Çou que Sarrasin croient ne vaut une cenele,
« Quant il ne croient Dieu, le glorieus celestre,
« Celui qui s’esconssa en la vierge pucele. »
9685Quant l’entent Mibriens, a poi d’ire ne derve,
U que il voit Aiol, sel prent par le pui[n] destre :
« Fil a putain, » dist il, « fel licieres susperbe[s],
« La riens m’avés tolue que plus amoie en terre ! »
(f. 164)Dist a son senescal : « Va moi m’espee quere ;
9690« Ançois que jou mengue li trencerai la teste. »
Dont parla Estorgans qui fu nés a Valterne :
« Biaus oncles Mibriens, por Mahomet, que faites ?
« Que creés vos Makaire ? Mahomet li doinst perte !
« Quant sa loi a guerpie, desloial est sa geste.
9695« A millor chevalier ne peut vostre fille estre
« Car chou est fil[s] Elie a la kenue teste,

  1.