Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Enfressi a le cartre en sont molt tost venues,
U Mirabiaus gisoit dolante et irascue.
Eles l’en ont levee sor une kieute nue ;
9190Dusc’a la maistre sale sont arier revenues.
Qui veist ces puceles qui la crient et huent :
« Ahi ! nobile dame, » font eles, « com mar fustes !
« Tant par estiés gente, quant chi fustes venue ! »
Enfressi a l’ostel ne sont aresteues ;
9195En .i. lit le couchierent dont la kieute remuent.
(c)Makaires li traitres de riens ne s’aseure :
De Losane trespasse toute[s] les maistres rues,
Vient sor le pont del Rosne, dedens l’aighe les rue.
Cele nuit i fist Dieus vertu apercheue :
9200Li Rones qui ert rades les enfans ne remue.
Terris ert soz le pont qui pescoit a la lune :
Ch’estoit .i. gentiex hon, de mal faire n’ot cure ;
Bien a oi Makaire venir par mi la rue ;
Il voit les .ii. enfans qui flotent sans aiue :
9205A ses .ii. mains les prent, belement les rem(e)ue,
Dedens la nef les met, si lor fait tel aiue
Sa cape et ses dras oste, de ses dras se desnue ;
Dedens met les enfans, si naga a droiture.
Ne vient pas que la noise soit par eus entendue :
9210Ançois s’en est tornés, de riens ne s’aseure,
A sa maison s’en va, si i vient a droiture.

CCXLIV[1]

Des or naga Terris, molt aime Dieu de gloire,
Tost vait a son ostel, les .ii. enfans emporte.
Sa mollier vient encontre, dame Aie de Monto(i)rie,
9215Droitement al rivage trés par mi une porte,
Si aporte en sa main une candoile torte.

CCXLV[2]

Tieris li gentiex hon s’en vint a son ostel :
Il issi de la rive, si atacha sa nef.

    — 9188 mirabel — 9189 les ont — 9198 Miniature avec cette rubrique : Ch’est chi ensi com Makaires li traitres vaut noier les enfans Aiol(s). — 9201 sor — 9209 soit deus — 9211 de riens ne saseure