Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CCXXXIV[1]

Molt fu grant li bataille et li estor[s] manois.
9025Makaires point et broche, si feri Godefroi,
Senescal Loeys, qui gardoit Vermendois :
Mervelleus cop li done sor son escu a droit
Qu’il li fent et peçoie et de l’auberc les plois ;
Par mi le gros del ceur li lanche le fer frois,
9030Toute plaine sa lanche l’abat mort demanois ;
Il escrie s’ensenge : « Franc chevalier, ferois ! »

CCXXXV[2]

Atant evous Hervil qui conquist Guinehot,
Et vait ferir Morin de Plaisence le fort,
Que l’escu li peçoie et l’auberc li desclot
9035Et son espiel li passe par mi outre le cors ;
Toute plaine sa lanche l’abat del destrier mort.
Atant evos Makaire qui molt grant deul en ot,
Et escrie s’ensenge a haute vois molt tost ;
Mervelleus cos se donent sor les escus a or
9040Qu’il les ont peçoiés et fendus et desclos.
Del cair est [il] nie[n]t, tant se tint cascuns fort.
Et quant le voit Elies, mervelleus deul en ot :
Il a traite l’espee isnelement et tost,
Et vait ferir Makaire sor son escu a or,
9045Que les flors et les pieres contreval en estort :
La coife de l’auberc ne li valut .i. roc,
De la fache li tranche la car jusques a l’os :
Makaires torne en fuie, navrés quide estre mors.

CCXXXVI[3]

Makaires torne en fuie, navrés fu en la face.
9050Et Borgengon s’en entrent es portes qui sont larges...
Entor et environ fichent lor trés de paile :
(c)Puis i dura li sieges .v. ans plenier[s] et large[s] ;
Ainc li rois Loeys ne pot le mur abatre
Ne prendre la chité, ne retenir Makaire.
9055Aiols li fieus Elie fu el font de la cartre :
Molt demaine grant doel a Noel et a Paskes :
« Hé ! las ! » che dist Aiol[s], « com chi a grant hontage !

  1. — 9050 Lacune. — 9051 tref