Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je ferai adouber .c. chevalier[s] a armes,
« Ses ferai enbuissier dedens ces trés de paile :
« Si garderont en bien et en foi le bataille,
8960« Que cil qui pora veintre, que sains et saus en ailge. »
Et respondi li rois : « Cortois estes et sage.
« Ceste parolle est boine, si est drois c’on le fache. »
Herviels s’en est tornés bien garnis de ses armes ;
Fors s’en issi des trés et des tentes de paile :
8965Guin[e]hot encontra lés le mur de Pinable.

CCXXXII[1]

Andui li mesagier sont venu apoignant ;
Il dessendent a terre des boins cevals corans,
Richement les çainglerent, si remontent esrant.
Mais Guinehos fu fel et plains de maltalent :
8970U que il voit Hervieu, sel vait contraliant :
« Ainc mais ne vi Berton, a Dameldé m’en vanc,
« Qui a boin chevalier s’alast aatissant ;
« Car Breton sont por voir assés malvase gent :
« Par plaine Lonbardie nos vont molt encauchant,
8975« Tout ont Puille et la tere dusqu’en Jerusalem ;
« Autressi comme beste[s] les alomes cachant,
« Ses faisome jesir a le pleue et al vent :
« Il nos bekent nos vinges, si nos fuient nos cans.
« Ja Breton nen ert liés s’il nen a pain de brent
8980« Et plain un pot de lait u fait son sopement. »
Et respondi Hervieus : « Lechieres, tu i mens !
(f. 159)« Car Breton sont preudome et plain de hardement :
« En l’angarde del mont tornoient bien al Franc :
« La mostrent il as armes lor vaselage grant ;
8985« Anqui le comperas, se Dieu[s] le me consent ! »
Anbedoi s’entregardent, si poignent fierement.
Li Lonbars ne sot mie des armes fermement :
Il failli a Hervieu asés vileinement,
Mais Hervieu[s] le feri molt acesmeement,

    — 8960 sauf

  1. — 8969 guinehot — 8980 U pl. — 8987 lonbart, fermes