Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Sés que mande par moi Makaires de Losane ?
8825« C’a molt grant tort portés la corone de Franche :
« Onques n’apartenistes al fort roi Charlemaine ;
« Molt par sont François fel quant il le vos consentent.
« Se ne vuidiés Bourgonge, vo neveu fera pendre
« Et par desous les forques fera ardoir se feme. »
8830Quant l’enpereres l’ot, a poi qu’il ne forsene.
Se ne fust por Aiol, ja n’en portast les menbres.

CCXXVI[1]

« Amis, » dist l’enperere, « ne sai com tu es prous.
« A le gent de ta tere est coustume a toujors
« Qu’il sont fol et musart, estout et vanteour.
8835« Mes peres lor fist ja une molt grant paour :
« Vers François s’aatirent li Lonbar a .i. jor,
« Car lor fissent mangier qui ne fu gaires prous ;
(f. 158)« Dolans en fu mes peres quant en sot le clamor,
« Et vint a Saint Domin par sa ruiste fieror ;
8840« Une porte de piere list taillier a .i. jor :
« Lonbars le fist baisier, as grans et as menor[s] :
« Puis lor fist mangier ras et grans cas surceor[s] ;
« Encore en ont li oir reprovier et li lour. »
Quant li Lonbars l’oi, a poi d’ire ne font.

CCXXVII[2]

8845« A la foi, enperere, pecié dites ci mal
« Des gens de Lonbardie que a tel tort blamas :
« Il sont boin chevalier quant vient as cos donar.
« Martinobles mes peres ne fu mie buinars :
« S’il vit franc chevalier qui a saint Piere alast
8850« Et il ol bele dame que mes peres amast,
« Ainc ne veistes home qui plus lost les corbast :
« Encore en a en France .c. chevalier[s] bastars.
« J’oi dire mon pere, si sai qu’est veritas,
« Que vous estes mes freres : venés, si me baissas ! »

  1. — 8834 estous
  2. — 8846 qui