Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Demain pendrai Aiol par son l’aube esclairie,
« Et Mirabeus ert arse en .i. grant feu d’espine.
— Sire, » dist Guinehos, « je li sarai bien dire. »
8795Il vint a son ostel, si a ses armes prises,
Et monta el destrier, s’a se voie aquellie,
Et ist fors de la vile par mi la porte antie.

CCXXIV[1]

Li mesagiers le roi vient al cors de Makaire,
Bien et cortoisement li conta son message :
8800« Savés que chi vous mande Loeys li fiex Carle ?
« Que vous a tort tenés ses casteus et ses marces.
(d)« Si vous mande mesires que vos en iretage
« Ceste vile arés quite, n’arés plus de manage :
« Son neveu li rendés et sa mollier le sage.
8805« Alés a lui parler la jus a cel[e b]are,
« Bien dites vo voloir, car vos n’i arés garde. »
Quant Makaires l’entent, a poi d’ire n’esrage :
« Ami, vo doi signor me requirent outrage.
« Or me dites le roi, voiant tout son barnage,
8810« Se jel puis encontrer en camp ne en bataille,
« Trencherai lui la teste a m’espee qui taille,
« Puis porterai corone a Paris u a Chartres.
« Demain pendrai Aiol u a fau u a kaine,
« Et Mirabiaus sa feme sera en .i. feu arse. »
8815Hervieus s’en est tornés, n’a soig de dire outrage ;
Bien a son mès furni, si se met el repaire.
Et Guinehos s’en vient droit al tente de paile.

CCXXV[2]

Tant par fu fel li mès que ne daigna desendre,
Ains s’apoie as arçons, si desploie s’ensenge.
8820Fierement en apele le rice roi de Franche :
« Ne te salu pas, rois, car on nel me commande.
« Je sui preus et vasaus por mon cors a desfendre :
« Ne fuirai por .iiii. homes, s’en bataille m’atendent.

    — 8794 serai

  1. — 8805 Les lettres entre crochets ont été grattées dans le ms. — 8814 mirabel