Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8760« Fieus a putain, traitres, or serés mal baillis :
« Por moi vos a mes peres et mes oncles assis ;
« Ja ne s’en partiront tant que nus en soit vis,
« Ains aront pris Losane et vostre cors honi(s). »
Quant l’entendi Makaires, a poi n’esrage vis :
8765Se ne fust por ses homes, volentiers le ferist.

CCXXII[1]

(c)Loeys et Elies durement se porpensent
Comment puisent Aiol geter fors de Losane.
Il prengent .i. message qui fu nés de Bretaigne :
« Va nous tost a Makaire la dedens en Losane,
8770« Di li que mon neveu et sa feme me renge :
« Je li lairai tenir tout son vivant Lossane,
« Mais que il de la terre ne fache mès calenge ;
« Et s’il chou ne veut faire et jou les i puis prendre,
« Voiant trestous ses homes, en haut le ferai pendre.
8775— Sire, » che dist li mès, « grant paine me commence.
« Makaires est quivers, n’a point de Dieu entente ;
« Se vers moi se corouche, bien tost me fera pendre.
« Certes, je nel lairoie por a perdre les menbres
« Je n’i voise parler comment que li plait prenge. »
8780Li mès monte el destrier, prent l’escu et le lance :
Puis s’en ist fors del tref et des plus hautes tentes.

CCXXIII[2]

Makaires se porpense qu’il envoit a Elie ;
Un mesagier apele, cui li cors Deu maudie !
Guinehot ot a non, nés fu de Lonbardie.
8785Il ot grose le panche et molt corbe l’eskine,
Et bevoit cascun(s) jor tant qu’il estoit tous ivres ;
N’encontre gentil home, s’il peut, que ne l’ochie :
« Amis, » che dist Makaires, « li cors Dieu te benie !
« Va me tost la de fors al roi de saint Denise :
8790« Di li que il me laisi Borgonge toute quite,
« Et c’il chou ne veut faire, ne li celer tu mie,

  1. — 8766 porpoupensent — 8771 et 8773 sont intervertis, cf. 8802-4 — 8772 i fache
  2. — 8783 qui le — 8788 le c.