Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8725« Lor ferons de matin .i. cenbel avenant. »
Et respont li traitres : « Je l’ostroi et commanc. »

CCXX[1]

Un semedi matin est Elies levés,
Et li rois Loeys et ses rices barnés.
Il corent par la terre, s’essillent le resné,
8730(b)N’i remaint bourc ne vile que tout ne soit gasté :
Ne revien[en]t a l’ost devant midi passé ;
Et Borgengon s’en issent, li quiver desfaé,
Et François les reçoivent qui bien furent armé.
La peussiés veir fier estor encontrer,
8735Tant gentil chevalier abatu et navré.
Elies point et broche, si trespasse .i. fossé,
Et fiert un chevalier que il a encontré
Que l’escu de son col li a fraint et troué
Et l’auberc de son dos desrompu et faussé :
8740Par mi outre le ceur li a le fer passé :
Devant lui a la terre l’a mort acraventé.
Puis escrie : « Monjoie ! franc chevalier, ferés ! »
Et Borgengon se rentrent en la boine chité.
Il fremerent les portes, s’est atant demoré,
8745Et les os se logierent entor la fremeté ;
Puis i sissent par forche .v. ans trestout passé
Ains qu’il i forfesissent .i. denier monaé.

CCXXI[2]

Makaire[s] fu laiens corechiés et maris.
Molt demaine grant doel, quant sa gent voit ocis.
8750Il a traite l’espee, li quiver[s] de put lin,
Tost et isnelement a la cartre s’en vint,
Ferir en vaut Aiol le chevalier gentil,
Quant li toli Girbers et Alerans et Guis :
« Tornés, sire Makaire, chou n’ert ja consenti :
8755« Car li rois a la fors de nos millors amis,
« Et oncles et parens et neveus et cousins :
« S’or ochiés Aiol, ja nes reverons vis. »
Aiols ot la parolle de la cartre u il gist,
A sa vois qu’il ot aute a escrier s’est pris :