Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Isnelement les torse desor les fors somier[s] ;
A la voie se metent sans plus de l’atargier.
Ne sai que vous deusse lor estoire anoncier :
8525D’ileuc dusqu’a Lossane ne se sont atargié ;
En la chité entrerent a ceval et a pié.
Makaire[s] li traitres, cui Dieus doinst encombrier,
Tous les degrés en monte sus el palais plenier ;
Aiol i fist mener, et o lui sa mollier :
8530Li uns regarde l’autre, si pleurent de pitié.
Makaires en apele ses maistres carteriers,
Ens el font de sa cartre les a fait envoier :
Puis i jurent il tant a deul et a pichié
C’Aiols ot de sa feme .ii. petis iretiers ;
8535Puis soufrirent grant paine et morteus enconbriers,
Ains qu’il portaisent armes ne fuisent chevalier.
Or commenche canchon forment a enforchier,
Faite de vreie estoire, fol[s] est qui millor quiert.
Mais d’une cose furent Borgengon engingié,
8540Que le ceval Aiol ont ariere laissié.
Uns Lonbars le saisi, sel vaut aplanoier :
Li cevaus aperçoit que Aiols n’ert che nient,
Le Lonbart a tué a anbedeus ses piés.
Vers Lengre[s] s’en retorne durement eslaissiés,
8545La porte li ovri Asses li Beruiers,
Et Marchegai i entre : ains ne fu tex destriers !
Plus seut tous tans de guere que mavais chevaliers.

CCX[1]

A Lengres en Borgonge jut Elie en son lit
Qui molt estoit malades et forment afeblis ;
8550(f. 156)Encor(e) ne sot il mie de son fil qui est pris.
Il a oi le noise et le bruit et le cri ;
Son senescal apele Gerart de Valseri :
« Gentiex hon, dites moi ceste noise quil fist ?
— Sire, » che dist Gerars, « malvaise noise a chi.
8555« Makaires de Losane est fors de prison mis

    — 8527 que

  1. — 8554 gerart