Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Par mi outre le cors li met fer et pingon,
Toute plaine sa lanche l’abat mort de l’arçon.
8490Puis a traite l’espee dont a or est li puin[s] :
Si refiert .i. Lonbart par mi son elme amont,
Qu’il en a abatu les pieres et les flours,
Et a estort son caup, mort l’abat el sablon.
Adont i sont venu .xl. Borgengon :
8495A plus de .xxx. lanches ferirent sor Aiol ;
Son poitral et ses çaingles et ses estriers ont rous ;
Del ceval l’abatirent, u il vausist u non.
Et Aiols saut en piés, trait le branc de color :
Cui il consieut a cop n’a de mort garison.
8500Mais molt grant mesceance li avient a cel jor,
Car s’espee li brise et vole en .ii. tronchons :
Borgengon le saisirent entor et environ.
Atant evos Makaire le traitor felon,
Et tient nue l’espee dont a or sont li pon ;
8505Ja li trenchast la teste, n’en eust raençon,
Quant Guis et Alerans et Girbers l’ont rescous,
Et la france ducoise s’escria a haut ton :
« Merchi, sire Makaire, por Dieu et por son non !
« Comment i moroit ore tex hon com est Aiols ?
8510« Puis que pris nous avés, metés nos en prison :
« Bien avés aquitee de Borgonge l’onor. »
Et respont li traitres : « Par mon cief chou ai mon ! »
Il les fait delivrer .xl. Borgengon[s] :
(d)Par deriere les dos lor fait loier les poins
8515Issi estroitement que li clers sans en cort.

CCIX[1]

Makaires prist Aiol et lui et sa mollier :
Par deriere les dos lor fait les puins loier
Issi estroitement que li clers sans en ciet.
Puis a fait tout l’avoir et torser et cargier,
8520Les trés et les cendaus et les pailes ploiés,
Et le vasalement qui estoit al mangier,

    — 8499 Que — 8506 girbert