Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que lui et le ceval abat en mi le camp ;
8455De sor lui s’aresta, si trait tout nu le branc ;
Ja s’en fust bien vengiés, par le mien ensiant,
Quant le rescoust Girbers et Gui li Alemans :
De la presse le traient, se li refont garant.
La peusiés veir(e) la bataille si grant,
8460Tant chevalier morir et abatre sanglant !
Borgengon ont grant forche, car poi i ot de Frans.
L’enperere de Franche ot molt son ceur dolant ;
Vers la chité de Lengres s’en va esperonant :
Molt i laist de ses homes coreciés et dolans.
8465Aiol[s] li fieus Elie est remés combatant,
Et vont por asaillir et deriere et devant :
La fissent grant damage al chevalier vaillant,
Car Jobert et Ylaire andeus ses iex voiant
Li ont abatu mors trés en milieu del camp,
8470Et Geralme le preu et Antialme l’enfant,
Des .iiii. fieus Geralme andeus les plus vaillant.
Aiols li fieus Elie s’en est tornés atant.

CCVIII[1]

Aiols s’en est tornés a coi(n)te d’esperon :
Mirabiaus la ducoise est remese en .i. mont ;
8475Borgengon le saisirent entor et environ,
Makaire le rendirent, le quivert, le felon ;
Et la franche ducoise s’escria a haut ton :
(c)« Lairés m’en vous mener, ge[n]tiex fiex a baron ?
« Reprovier en arés a vo vie tous jors ! »
8480Quant Aiols l’entendi, molt en ot grant dolor,
Et jure Dameldé le pere creator
Qu’il ne le lairoit mie por tout l’or de cest mont,
C’al passage del gués ne lor reface un tor.
Il broche Marchegai des tranchans esperons :
8485Devant sor son escu feri .i. Borgengon,
Que il li peçoia desous la boucle amont
Et l’auberc de son dos li desmaille et desront :

    — 8461 franc

  1. — 8474 Mirabel — 8479 tout