Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8420Toute descauce en langes, nus piés estoit la bele,
Si com en cele nuit que les noces sont faites.
Cele garda aval, si a veu les pertes,
Vit les puins et les piés et les cors et les testes
Des gentis chevaliers qui gisent mort sor l’erbe.
8425Dameldé reclama le glorieu[s] celestre :
« Dame sainte Marie, digne vierge pucele !
« Se je perc mon signor, hui commence tel guere,
« Qui jamais ne faura en ce siecle terestre. »

CCVII[1]

Li jors fu biaus et clers et li solaus luisans.
8430L’enperere de France fu molt grains et dolans :
Il voit morir ses homes a deul et a torment.
Il broche le destrier qui ne va mie lent,
Et vait ferir Makaire en son escu devant ;
Desor la boucle a or li peçoie et porfent,
8435Li aubers de son dos ne valut .i. bessant :
Diable le garirent, que il en car nel prent ;
Tant com anste li dure l’abati esraument.
Li glous resaut en piés tost et isnelement :
Loeys s’i areste, trait l’espee tranchant :
8440Ja li tranchast la teste, n’eust de mort garant,
Quant li toli Girbers et Guis li Alemans ;
De la presse le traient, se li fisent garant.
(b)Por chou ne fu il mie de bataille taisant,
Ains va par mi les rens abandoneement,
8445Et tient nue l’espee dont li brans est trancans,
Trenche pis et costés et testes d’auferans :
Cui il consieut a cop il n’a de mort garant.
A sa vois qu’il ot haute vait sovent escriant :
« U es alés, Aiol, fel quiver[s] souduians ?
8450« Cuides me tu tolir issi mes casemens ?
« Anqui le comperas, se Dieus le me consent ! »
Li tiens Elie l’ot, cele part vint corant ;
Si a feri Makaire sor son escu devant,

    — 8420 descaut en langle

  1. — 8435 auberc