Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Car Aiols estoit sires de toute sa contree.
8320Ne vaut faire ses noces en le grant tor quaree,
N’en maison n’en chastel, ne en sale pavee :
Ains les fist desous Lengres en une large pree.
La peusiés veir mainte aucube levee
Et mainte riche tente d’or et d’argent fresee.
8325Molt sont rices les noces, .xv. jors ont duree,
Malsains qu’ele[s] departent, seront chier comperees.
De prison ist Makaires, li traitres, li leres,
Par le consel as gardes qu’en ont pris grans soudees.
Tant a esré li glous qu’il vint en sa contree,
8330Et qu’il ot devers lui .iii. chités recovrees,
Losane et Osteun et Cremoigne le lee ;
Mande les saudoiers de toute le contree :
Molt avoit grant tressor, si lor done saudees.
Lonbart et Borgengon ont grant jent recovree,
8335Tant qu’il sont .xxxm., cascuns la teste armee,
(c)Qui sont venu a Lengres par une matinee ;
Makaires li traitres dessendi en la pree
Por les barons requere a se gent ordenee ;
Ja serviront as neuces al tranchant de l’espee.

CCI[1]

8340Sous Lengres en Borgoinge, en .i. brellet foillu(s)
Qui fu d’if et d’auborc et d’olivier ramus,
Makaires li traitres est a pié dessendus.
Il a dit a ses homes : « Molt m’est mal avenu :
« Cis Loeys de Franche m’a mort et confondu,
8345« Tolue m’a [ma] terre, autre en a revestu.
— Sire, » dient si home, « por coi t’esmaies tu ?
« Vois les chi en lor tentes baus et liés et seur[s] :
« Se tu peus Aiol prendre, le matin soit pendus ! »
Puis saillirent es selles des auferans kernus :
8350Ja serviront as noces as boins espieus molus.
Mais il fissent que fol, li kaitif malostru ;
Car l’enpereres ert le jor devant venus
A .viic. chevaliers, les blans aubers vestus.

    — 8322 .i. l. — 8327 Makaire ist de pr. — 8331 osteue

  1. — 8345 autrui — 8347 Vois las