Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et la senescaudie de trestout son resné ;
Les consaus de sa cambre li a tout commandés ;
Ausi comme devant li rent ses dignités.
« Biaus fieus, » che dist Elie[s], « molt avés bien esré,
8255« Qui m’avés reconquisses toutes mes iretés :
« Ersoir estoie povres, or sui rices assés.
« Mon ceval et mes armes voil or(e) que me rendés
« Que vos baillai antan el bos al dessevrer.
— Sire, » che dist Aiol[s], « onques mais n’oi tel.
8260« Li blans haubers ne l’elme[s] ne pot longes durer,
« Et l’escu[s] et le lanche fu perdus al joster ;
« Et Marchegai est mors et a sa fin alés :
« Piecha que l’ont mengié li cien en .i. foussé,
« Il ne pooit mais core, tous estoit asotés. »
8265Quant l’entendi Elies, por poi qu’il n’est dervés :
Il a pris un baston par sa ruiste fierté,
Sore li est corus, qu’il le voloit tuer :
« Lechiere, » dist li dus, « mar l’ossastes penser,
(f. 154)« Que Marchegai fu mors, mes destriers sejornés :
8270« Jamais autres si boins ne sera recovrés.
« Issiés fors de ma tere, ja plain pié n’en tenrés.
« Cuidiés vos, faus lechieres, fol glous desmesurés,
« Por vo(u)s cauces percies et pour vos pains solers
« Et por vos blons cavex que faites cordouner,
8275« Vos soiés riches hon et je musars clamés ? »
Li barnages de France s’en commence a gaber,
Meismes Loeys en a un ris jeté.
Quant Aiols vit son pere envers lui airé,
Isnelement et tost li est al piet alé :
8280« Sire, merchi por Dieu, » che dist Aiols li ber,
« Le ceval et les armes vos quic encor(e) mostrer. »
Il les fist en la plache trestoutes aporter ;
Aiols les avoit faites richement atorner,
De fin or et d’argent richement acesmer ;
8285Se li fist devant lui Marchegai amener.

    — 8267 qui — 8275 musart