Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

CXCIV[1]

Ensi com ele fu en saint fons baptisie[e],
L’enperere de France l’ama molt et tint chiere ;
.iii. chités li dona riches de grant maniere :
C’est [T]reve[s] et Plaissenche et Cremoine la tierce.

CXCV[2]

8155« Sire, » che dist Aiols, « issi peut il bien estre :
« Vous serés mais ses peres sor tous homes terrestre[s] ;
« Je le prendrai a feme, si me dites le terme. »
Et respondi li rois : « Ja (n)i meterai terme :
« Octave Pentecouste la glorieuse feste
8160« Le vous donrai a feme a Ais a la capele. »
Et Aiols s’escria a sa vois qu’il ot bele :
« Or m’escoutés, signor, franc chevalier honeste !
« Qui vieut or et argent et pailes de Biterme
« Et muls et palefrois et destriers de Castele,
8165« Demain viegne avoec moi et boinement me serve :
« Et jou irai saisir mes honors et mes teres. »

CXCVI[3]

Adont li respondirent li gentil chevalier
Cui il avoit doné l’or fin et les deniers,
Les muls, les palefrois, et les corans destriers :
8170« En non Dieu, » font il, « sire, nous irons volentiers,
(b)« Et devers trestous homes vostre honor calengier,
« Que nous l’aquiterons, se Dieus l’a otroié ! »
Al matin par son l’aube se sont aparellié :
Si vont par les contrees et saisirent les fiés
8175Que tenoient d’Elie, le gentil chevalier.

CXCVII[4]

Tant ont alé qu’il vinrent a la chit de Navers.
Makaire[s] i ot mis Pinart et Pinabel,
Deus felons traitors orgellous et engrès :
Ne lor daignierent rendre tant par furent dispers.
8180Aiols les a saissis, s’en fist si grans dessers
Que .viixx. en fist pendre en puis de Montinel ;
Puis a mises ses gardes par dedens le chastel.

  1. — 8168 Qui
  2. — 8178 felont — 8181 montidel cf. 5318