Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Quar j’estoie si povres que n’avoie dont vivre.
« Par foi, Lusiane est molt priveus ma cousine :
« Or li dorons tel home qui manans soit et riche[s] :
8120« Que je sui ses coussins, moi ne peut avoir mie.
— Sire, » dist Lusiane, « par tant en sui garie :
« Mais par cel saint apostle c’on requiert en Galise,
« Encore amaise miex que ne m’apartenisses.
« E Dieus ! » dist la pucele, « or seroie garie
8125« Se j’estoie accordee a le France mescine.
« Damoisele d’Espaigne, trop vos ai fait marie,
« Trop vos ai orendroit a grant tort laidengie :
« De chou que vous ai dit ne vos corechiés mie.
« Or en prendés mon droit. J’en sui preste et garnie,
8130« Que je le vos amenc voiant la baronie. »
La pucele respont qui fu preus et nobile :
« Je vous pardoing tout, bele, quanque vos me desistes. »
« Boinement par amor(s) et tout sans vilonie. »
E[s] les vos acordees, lés a lés sont assisses.
8135(f. 153)Grant joie en a mené la riche compaignie.

CXCIII[1]

Aiol[s] prist Mirabel par le main blancoiant ;
Il est venus al roi, se li dist en riant :
« Faites baptisier, sire, le fille Mibriant.
« Je le conquis l’autrier a l’achier et al branc.
8140« Puis en ai eu paine, et anguise et ahan. »
Et respondi li rois : « Je l’otri et commanc. »
Al moustier Sainte Crois le menerent no Franc.
La avoit une kuve de fin or reluisant :
D’aigue le font enplir et beneir esrant,
8145Si fissent la pucele baptisier esraumant.
La le leva li rois et li mieus de sa gent,
Lusiane la bele al gent cors avenant.
Ainc son non ne li vaurent cangier ne tant ne quant :
En [la] loi crestiane la le vont confremant,
8150Mirabeus ot a non issi comme devant.

    — 8123 apartenistes