Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je vous demanc Navers et Lengres et Dignon
« Et la chité d’Angiers, Nobles et Besençon
« Et Trieves et Plaissence, Cremoigne sor le mont :
« Si voil Miaus et Provin[s] et Rains et Ch[a]alon,
8090« Amiens et Saint Quentin et Loon et Soisson[s] :
« La ducheé de Franche, celi vos demandon,
« Del moustier Saint Denis le maistre confanon,
« Et la senescaudie de tout vostre rion,
« Et petit s’en ira que par mi ne parton ;
8095« Mais por chou qu’estes rois, honor vos porteron :
« De vos le conistrai, seré vos liges hom.
« Jel vous ai demandé, si dirai le raison
« Por coi l’ai demandé, comment et comment non.
« Mes pere(s) a non Elie a la clere fachon,
8100(d)« Ma mere ert vostre seur, fille le roi Charlon,
« De Franche le cachastes par .i. malvais glouton,
« Par le consel Makaire et des autres larons :
« Damelde[x] lor en renge ains la mort gueredon !
« Jamais jor de ma vie sans guerre ne seront. »
8105Quant l’entent l’enperere, tel joie n’ot mais hom.

CXCI[1]

Quant ore entent li rois qu’Aiols estoit ses niés,
Onques mais ne fu il si joians ne si liés ;
Isnelement le cort acoler et baisier.
« Gentiex damoiseus sire, por coi ne le dissiés ?
8110« Ja vous eusse jou adoubé tout premiers
« Et rendus vos honors, vos teres et vos fiés.
— Sire, je nen osoie, par les sains desousiel,
« Por chou que j’ere povres, nus et mal [a]aisiés.

CXCII[2]

— Sire frans damoiseus, grant folie fessistes,
8115« Que vos vostre consel premier ne me jehistes.
— Sire, je nen osoie, » dist Aiols, « par ma vie,

    — 8086 nauair cf. 8176 — 8100 li r. — 8105 Après ce vers on lit par erreur dans le ms. : Aiol tint mirabel par le main blancoiant, vers que l’on retrouve presque identique au commencement d’une laisse suivante ; cf. 8136

  1. — 8106 estois