Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Des .iiii. fiex Gerelme ont retenu les trois :
Cha de fors les amoinent, ses loient el camois.
Et Aiols est entrés la dedens par pooir ;
7885Jofrois li fiex Geralme(s) est entrés avoec soi.
Tant ont lassé les cors, petit ont de pooir.
Aiols en jure Dieu que ja ne s’en faindroit,
Ne por mort ne por vie, tant com durer poroit :
Autressi set il bien que Rainiers l’ochiroit,
7890Car por la mort ses freres durement le haioit.
Et Rainiers s’escria a une haute vois :
« Aiols, fieus a putain, fel traitre revois !
« Por la mort de mes freres morés vos orendroit !
(b)« Je n’en prendroie mie tout le tresor le roi
7895« Que ne te fache pendre as forches, cui qu’en poist ! »
Esque et fuisil avoient apresté li borgois,
Le feu ont enbatu, qu’il le voillent ardoir.
« E Dieus ! » che dist Aiols, « qui fus mis en la crois,
« Aies merchi de m’arme : jamais ne quic veoir
7900« Ne parent, ne ami, ne mon oncle le roi !
« Ahi ! Elies pere, vous convient remanoir
« Et Avisse ma mere qui se pasma por moi
« Longement ens el bos ! Dieus qui tout le mont voit
« Vos fache autre secors, car par Aiol votre oir
7905« N’en averés vos ja le monte d’un ballois ! »
Atant es vous poignant le senescal le roi
Et le cortois Antialme qui conduist les François.
Il escrie « Monjoie ! » c’est ensenge le roi ;
« Cuivers Reiniers, traitres, par les sains d’Orlenois,
7910« Vous en pendrés as forches ains que passe li soirs ! »
Cil del chastel l’oirent, nel tindrent a gabois :
Des aleoirs se laissent a la tere caioir,
Por desfendre lor cors se metent a destroi.

CLXXXV[1]

Cil del Roimorentin virent Frans aproismier :
7915Molt orent grant secors de lor signor Rainier.

    — 7895 qui quen — 7899 quir

  1. — 7914 franc