Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

7850Quant l’entendi li rois, sel fait avant venir,
Des novelles demande et il li a jehi,
Si com Hunbaus ses peres les ot la nuit trais :
« Par mon cief, » dist li rois, « molt m’a bien mesbailli !

CLXXXIV[1]

« Amis, » che dist li rois, « molt es preus et cortois.
7855« Ensamble vos ira mes senescaus Jofrois
« A .iic. chevaliers adoubés de conrois.
« Pensés del tost aler, si esrés par savoir ;
(f. 151)« Après vous ferai sievre d’Orliens tous les borgois.
« Mes barons me rendés ains que vienge li soirs ;
7860« Reinier le traitor m’amenés devant moi :
« Tel justiche en ferons com jugeront François.
« Por chou c’a mes barons avés esté de foi,
« Vous croisterai vo fief, mais que bien me servois !
— Sire, » che dist Antialme[s], « dehait qui s’en recroit !
7865— Montés, franc chevalier, » dist Loeys li rois,
« Car se je perc Aiol, grans damage[s] me croist !
« Mieux aimeroie a perdre Rains u Cartres u Blois ! »
Doi cent chevalier montent et maint riche borgois ;
Al trespasser d’un pont fu molt grans li destrois.
7870Antialmes les conduist qui les voies savoit,
A toute la commune d’Orliens et des borgois.
Antialmes en fist .c. enbuisier detrier soi :
Dusqu’al viés castelet se tinrent mu et coi.
Autre[s] .c. chevaliers adoubés de conroi
7875En a mené Antialmes sor les destriers norois.
Quant al chastelet vinrent, li jor[s] lor aparoit.
Aiols fu la dedens corechous et destrois :
Quant il ne sont que .v., de mort sont en esfroi ;
Car cil de fors les traient as ars de cor turcois.
7880Et li armé monterent desous les aleoirs,
Fierement les destraignent as boins brans vienois,

  1. — 7859 le soir — 7864 decroit — 7866 grant