Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Enfressi c’a Orliens ne s’est aseurés :
Par le plus maistre porte est en la vile entrés.
Mie nuis ert passee, si ot li cos canté.
A le porte le roi tout droit s’est arestés.
7785Il escrie al portier : « Amis ! la porte ovrés. »
(c)Li portier[s] li respont : « Par foi, n’i enterés !
« N’estes mie preudom, qui a ceste eure alés.
— Amis, » che dist Antialmes, « merchi vos voil crier.
« Se tost nen est overte, li damages ert tés,
7790« Loeys nel vauroit por Orliens la chité ! »
Quant li portier[s] l’entent, en piés s’en est levés ;
Il ovri le guicet tant qu’il ot esgardé :
Desous le baron vit le ceval tressué,
Car durement s’estoit travellié et pené.

CLXXXIII[1]

7795Li portier[s] se leva, quant la parolle oi ;
Il ovri le guicet, s’a le baron coisi :
« Vasal, avés besoing ? molt vos voi esmari.
— Oie voir, biaus dous sire, por Dieu merchi vos pri !
« Gerelmes de Mongraille qui est hon Loeys
7800« Et tout si .iiii. fil, li chevalier gentil,
« Estoient a Mongraille el palais signori :
« Par la revint Aiols del message furnir
« Del fort roi Mibrien u li rois l’ot tramis.
« Gerelmes li vaillans molt boin ostel li fist
7805« Et por son cors conduire s’estoit en France mis ;
« Ersoir se herberga droit al Roimorentin.
« Reiniers ert en sa tor qui la parolle oi :
« Por l’amor de son frere le tient a anemi ;
« Et fist trestous ses homes et mander et banir.
7810« Quant li baron le sorent, tost se furent garni :
« Entre Aiol et Gerelme et tout si .iiii. fil
« Orent tout lor arnas hors de la porte mis.
« Rainiers o tous ses home[s] voirement le[s] sui,
« Et il se desfendirent tant com porent soufrir.

    — 7783 coc