Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que li ceval les portent deus arpens et demi,
Ançois que tous li menres peust son frain tenir.
7545Et quant che vit Aiol[s], a me[r]velles li vint :
Il a traite l’espee, envers Rainier en vi(e)nt :
Mervelleus cop li done sor son elme bruni,
Que les flors et les pieres contreval abati ;
Tant par fu fors l’auberc ainc maille n’en rompi.
7550Et li caus fu molt grans, vers l’archon dessendi,
Le col de son ceval li a copé par mi.
Et Rainiers saut en piés qui doute le morir :
Mais Aiols s’i areste, qui le branc d’achier ti(e)nt.
Ja se fust bien vengiés del glouton de put lin,
7555Quant or(e) le secoururent cil del Roimorentin.
Gerelmes point et broche et son espiel brandi,
Devant sor son escu dan Haghenon feri,
Un provost de la terre qui gardoit le pais.
Onques toutes ses armes nel porent garantir
7560Que l’espiel ne li fache par mi le cors sentir :
Devant lui a la terre l’abati mort sovin ;
Et quant che voit Rainiers, a poi n’esrage vis.
Cil estoit ses parens et ses germains cousins :
« Gerelmes, » dist Renier[s], « mon cousin m’as ochis :
7565« Espargnier te voloie, or es mes anemis.
« Tu le comperas chier, se Dieu plaist et je vif ! »
Si home li amainent un auferrant de pris,
Et Rainiers monta sus, s’a un espiel saisi.
« Roimorentin ! » escrie, « chevalier, ferés i !
7570(f. 149)« Certes mar en iront li glouton de put lin. »

CLXXIX[1]

Quant Aiols li cortois vit lor force creue,
A ses compaignons dist parolle aper(e)ceue :
« Chi n’ert plus par les nos bataille maintenue :
« Nous ne somes que .vii., cascuns bronge vestue ;
7575« Plus en voi de .cc. en la voie batue. »
Onques des fieus Gerelme n’i ot raison tenue,

    — 7544 tout — 7565 Esparengier