Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Et se Dex me vieut bien maintenir et garder,
« Le don que m’avés fait vos quic gueredoner.
— Signor, » dist Mirabiaus, « ne vos desconfortés.
7480« Mar vos apetisiés, car poi estés assés.
« Le harnas conduirai volentiers et de gré :
« A guise d’escuier me convient atorner. »
Ele met le jamb(l)e outre, par grant nobilité ;
Le piet met es estriers, esperons ot dorés.
7485Qui veist la pucele ceval esperoner
Et le arnas conduire et le[s] destriers guier,
De cors de gentil feme li peust ramenbrer !
Et li baron s’arestent ens el chemin ferré.
Atant es vos l’encauc qui molt s’en est penés ;
7490Cil qui Roimorentin avoit tout a garder,
Plus vint devant les autres c’uns ars ne peust jeter ;
A sa vois qu’il ot haute commencha a crier :
« Gerelmes de Mongraile, nel deussiés penser
« Que vous conduis[e]siés mon anemi mortel :
7495« Mainte fois vous a fait servir et honorer.
« Se plus en volés faire, molt chier le comperés.
« Il nen a mie encore plus de .iii. mois passés,
(c)« Cis garchons vint en France por avoir conquester.
« Quant il vi(e)nt a Orliens la mirable chité,
7500« N’aporta il d’avoir que il peust mostrer,
« Dont il presist .v. sans de denier monaé
« Fors unes laides armes, .i. escu enfumé
« Et .i. ceval estrait, caitif et descarné.
« Je l’ai trés bien par tout oi dire et conter
7505« Que trestout le gaboient serjant et baceler,
« Et li disoient tuit par Orliens la chité,
« Les armes ot enblees dont il ert adoubés,
« Tolu ot le cheval sor coi il ert montés.
« Ne sai quel vif diable l’ont or(e) si amonté
7510« Qu’il est or dru[s] le roi et consellier[s] privé[s] ;
« Le conte de Boorges prist awan en esté,

    — 7479 mirabel