Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que je ne le diroie a home desousiel.
« Mieus voil ma foi mentir ques voie detranchier !
« Penitanche en ferai, se Dieus l’a otroié. »
Quant l’entent li valès, le sens quide cangier.
7340« Comment esse, diables ? » Antialmes respondié,
« Vaura donques mes peres servir de tel mestier ?
« Puis qu’il fait traison, je ne li apartieng,
« Car ja traitres n’ert par moi esparengiés !
« Par saint Pol de Ravane, je le vois acointier
7345« Aiol, mon boin signor, qui m’a fait chevalier,
« Que je ne li fauroie por les membres tranchier.
— Biaus fieux, » che dist la dame, « cil Dex te puist aidier
« Qui en la sainte crois se laissa travellier
« Por pecheor raembre de mort et d’encombrier ! »

CLXXV[1]

7350Antialmes li cortois de sa mere depart ;
Issus est de la cambre, vers Aiol s’en torna.
Mal ait se a consel un seul en apela !
Mais a molt haute vois son signor escria :
(c)« Baron, or tost as armes, enevois i para
7355« Qui preudom vaura estre : grans mestiers li sera.
« Biaus sire Aiol[s] de France, molt malement vos va :
« Mes peres vos traist qui avoec vos manga.
« El bos de Quintefoille pendistes vos Bernart
« Qui ti(e)nt Roimorantin, et son frere Foucart
7360« Et Ferant de Losane, Hagenon le vasal
« Et Garin et Richier et Hugon de Monbar.
« Mes peres fist que faus, quant il vos herberga :
« Il mist son cors por vous en le lieu de Judas.
« Vers che maistre palais en cort plus que le pas
7365« A son signor Rainier qui fu frere Bernart.
« Se il peut esploitier, jamais ne reveras
« La fort chité d’Orliens n’es portes n’enteras ! »
Quant Aiols l’entendi, sur ses piés se leva ;
Bien et piteusement Dameldé reclama,

    — 7347 le puist