Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Cest eskiec prenderai, n’en refuserai nie[n]t. »
7025Il [l’]en fait par garçons ariere renvoier,
Droitement a Mongraile conduire et repairier.
Li chastelains Gerelme[s] qui fu gentiex et fier[s]
En apela Aiol, se l’en a araisnié :
« Gentiex damoiseus sire, por les sains desosiel,
7030(b)« Ersoir vos herbergai en mon palais plenier,
« Et si vous oi dire qu’Elie conissiés.
« Or vos conjur de Dieu, nobile[s] chevaliers,
« Par le foi que devés le pere droiturier
« Que vous me dites voir, se Dieus vos puist aidier,
7035« S’onques apartenistes Elie le guerrier,
« Mon oncle de Borgonge qu’a tort en fu caciés.
— Sire, » che dist Aiol[s], « conjuré m’avés bien ;
« Mais je ne le diroie a home desosiel,
« Tant que venrai al roi qui Franche a a baillier ;
7040« Mais d’itant vos puis bien mon corage esclarier,
« S’ainc amastes le duc, dont m’averés vos cier. »
Quant l’entendi Gerelme[s], onques ne fu si liés :
« Gentiex damoiseus sire, je le savoie bien
« Par fine verité, que vous m’aparteniés.
7045« Or ne vous guerpiroie pour tout l’or desousiel,
« Si vous arai conduit a la chité d’Orliens.
« Se vos avés besoing, je vous irai aidier,
« Envers trestous les homes vo vie calengier.
— Sire, » che dist Aiols, « .c. mercis en aiés ! »
7050« Or s’en tornent ensamble li gentil chevalier,
S’en mainent la pucele qui molt fait a prosier.
Ses .vii. chevaus n’i vaut Aiol[s] mie laisier,
Qu’il avoit en Espaigne conquis et gaignié.
En lor chemin en entrent qui va droit a Orliens :
7055Mes il ne sevent mie les mortex encombriers
Qu’il lor doit avenir ains qu’il soit esclairié(s).
Tant ont chele vespree esré et chevalciet,
Que al Roimorentin sont la nuit repai(i)rié.
Che fu uns chastiaus riches qui molt fait a prosier
7060Et sist a .vii. lieuetes de la chité d’Orliens,