Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il ot en son estage de lonc plus de .x. piés.
Plus vint devant les autres que ne trait .i. arciers ;
6920A la vois qu’il ot clere commencha a huchier :
« Fil a putain, lechiere, com m’avés vergongié,
(c)« Mon conpaignon pendu que j’avoie tant chier !
« Or aproime li termes qu’a mort estes jugiés ! »
Aiol[s] li fiex Elie n’ot cure de tenchier :
6925Il broche Marchegai des esperons d’or mier ;
Le laron vait ferir, ne l’a mie espargniet ;
Onques toutes ses armes ne li orent mestier
Que l’espiel ne li fache par mi le cors baingier.
Devant lui a la tere l’a il mort trebucié,
6930Et escrie : « Monjoie ! Dex ! saint Denise, aidiés ! »
Mais li autre laron le hasterent si bien
Ne peut li gentiex hom recovrer son espiel
Ne del laron jeter, ne a lui resachier.
Il a traite l’espee dont bien se sot aidier,
6935Et vait ferir un autre qu’en fait voler le cief.
Et li neuf l’asaillirent et devant et derier ;
Et Aiol[s] se desfent comme boin[s] chevalier[s].
Mais li .v. le ferirent et devant et derier,
Li doi en son escu et en l’elme li tiers,
6940Et li quars le ferit en son auberc doublier :
Nel pot contretenir ne çaingle ne estrier[s],
Contre tere l’abatent, tant fu il plus iriés.
Aiols guenchi les caus, si se resaut en piés :
Et tient nue l’espee, l’escu tint sor son cief ;
6945Cui il consieut a caup, tous est a mort jugiés.
Li laron le requierent, si l’ont molt anguisié,
Tout estendu l’abatent, a terre l’ont coucié :
Estroitement li loient et les mains et les piés,
En travers le couchierent sor .i. corant destrier.
6950Tous les autres aquellent, n’en vaurent nul lasier,
Fors seul que Marchegai, cel ne porent baillier.
Li laron jurent Dieu le pere droiturier

    — 6926 esparengiet — 6940 quart le ferir — 6945 que