Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6815— E glous ! » che dist Gonbaus, « viens me tu preccier ?
« Ja te mande dans abes qu’il t’a fait herbergier :
« Au covent te convient venir et repairier. »
Il a traite l’espee dont li brans fu d’achier
Et vait ferir Aiol, nel vaut esparengier :
6820Mervelleus cop li done desor l’elme vergié
Que les flors et les pieres en a jus trebucié ;
De vers la destre espaule a fait le branc glacier :
.xx. mailles de l’auberc li trencha el gravier.
Damelde[x] le gari qu’en car nel pot toucier.
6825« Hé ! glous ! » che dist Aiol[s], « or me puis trop targier.
« Dameldeu[s] me confonge se plus voil espargnier
« Ton cors, puisque proiere n’i peut avoir mestier ! »
Il a traite l’espee dont li brans est d’achier ;
Por molt grant mautalent le prist a aprocier :
6830El l’elme par deseure desous l’escu le fiert :
Dessi que en l’eskine li est li brans glachiés.
Li leres canchela, si s’est agenolliés.
Aiol[s] li fiex Elie noblement le requiert,
De l’espee tranchant si ruiste coup le fiert
6835Amont par mi son elme qui fu a or vergié[s]
Que les flors et les pieres en fait jus trebuchier.
La coife de l’auberc ne li ot ainc mestier,
Dusqu’es dens maiselés li fait le branc glachier.
Atant es Mirabel poignant sor .i. destrier ;
6840U qu’ele voit Aiol, se li prent a hucier :
« Gentiex hom de boin aire, por amor Dieu [del] ciel,
« Selonc le sien serviche li rendés le loier. »
Et respondi Aiol[s] : « Par mon cief, volentiers. »
Il tient l’espee nue dont li brans fu d’acier :
6845De l’une part del bos a une [h]art tranchié,
Belement l’a entorse, el col li a lachié.
Mirabiaus la pucele se li a tant aidié,

    — 6815 gonbaut — 6826 esparengier — 6847 Mirabel