Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« A iceste besoigne serés mes escuiers :
« Tant ferés or por moi que menrés les destriers. »
Et respont la pucele : « Biaus sire, volentiers. »
Ele prent par les resnes les boins corans destriers :
6785A paine va .ii. pas ne se regarde arier.
Et Aiol[s] point et broche le boin ceval corsier.
Et Gonbaus li escrie : « Fel quiver[s] losengier[s] !
« Ja vos mande dans abes bien estes herbergiés.
« Mar irés plus avant, par les iex de mon cief !
6790— E glous ! » che dist Aiol[s], « Dieuste doinst encombrier !
« Or ains estoies moignes, et or es chevaliers !
« Senpre le comperas, se Dieus me vient aidier !
— Par Dieu, » che dist Gonbaus, li quivers renoiés,
« Si tu vieus la bataille, ja l’aras volentiers. »
6795Et respondi Aiol[s] : « Tous en sui aaisiés.  »
Anbedui s’entreloignent le trait a .i. arcier ;
Ensamble s’entrevien[en]t les escus enbraciés :
Mervelleus cos se donent ens escus de quartiers,
Desor les boucles d’or les ont frains et perciés ;
6800Tant sont fort li auberc nes porent desmaillier.
As grans cos des vasaus, qui sont boin chevalier,
Et a lor roides lances qui furent de pumier,
Et al fais des cevaus arabi[s] et corsier[s]
Se sont tant fierement anbedui acointié
6805Que ceingle ne poitrail n’i ot onques mestier,
Que cascun ne convienge les archons a vuidier.
Il furent des cors sain(s), si resaillent en piés.
Se li lere(s) eust foi, trop fust boins chevaliers ;
N’eust millor par armes dessi a Monpelier.
6810Aiol[s] l’en apela par molt grant amistié :
« Amis, por amor Deu, car laise che mestier !
« En France te donrai .i. fort castel en fief :
« Mieudre vasal[s] de toi ne peut de pain mangier.
(d)« Onques mais par .i. home ne vuidai mon estrier !

    — 6787 et 6793 gonbaut — 6801 As grans fais des ceuaus, cf. 7635