Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

De molt grant aleure prendent a chevaucier.
Mais li laron estoient el parfont gaut ramier ;
Quant il virent Aiol demorer et targier,
Corsaus en apela Gonbaut le renoié :
6750« Comment, sire Gonbaut, avés nos fosnié ?
« U est chis grans eskiés que mener deusiés,
« Cele cortoise dame et chis frans chevaliers,
« Li .vii. cheval d’Espaigne que vos tant prisiés ?
« Se gabé nous avés, vos le comperés chier !
6755— Sire, » dist li traitres, « molt me puis mervellier
« Qu’il ont tant demoré, par les sains desousiel.
« La pucele est forment lase de chevalcier,
« Ele s’est endormie sous .i. arbre foillié ;
« Or entendes .i. poi, je l’irai esvellier.
6760— Alés dont, » dist li leres, « ne vous caut d’atargier ! »
Et respont li traitres : « Je n’irai mie a pié. »
Il a prises ses armes, si s’est aparellié.
Molt avoit boin ceval, s’i monta par l’estrier :
Isnelement s’en torne, prent l’escu et l’espiel.
6765Onques ne tresfina jusc’a l’arbre foillié
La u il ot Aiol et guerpi et laisié.
Et quant il nel trova, ne lui ne la mollier,
Lors a tel deul al ceur que vis quide esragier ;
Il a trové la rote des auferans destriers :
6770Après Aiol akieut tout son cemin plenier.
Mirabiaus la pucele se regarda premier.
S’a veu le laron venir et chevaucier,
Le blanc auberc et l’elme et luire et flanboier.
Aiol en apela, prist l’en a araisnier :
6775« Gentiex damoiseus sire, jel vos disoie bien !
« Veés la vostre moigne qui vous ot herbergié.
« N’a mie ses noirs dras, ançois les a laisié :
(c)« Il est molt bien armés sor .i. corant destrier.
— E Dieus ! » che dist Aiol[s], « tu soies grasiés !
6780« Damoisele cortoise, bien me poés aidier.

    — 6752 Bele — 6753 Et .vii. cheuaus — 6771 Mirabel — 6777 La mie