Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6645« Ne monteroi[e] mie por les menbres trancier ! »
Puis dist entre ses dens, c’Aiols ne l’entendié :
« Ne sai que jes baillasse quant ensi l’ai no[n]cié.
« Certes ja n’en menrés valissant .i. denier,
« Ains en perdrés la teste, ja trestorné nen(n) [i]ert. »
6650« Dieus ! c’Aiol[s] ne l’entent, li gentieus chevaliers !
Ja li trenchast la teste a l’espee d’achier.
Che ne sont mie moigne, qui la sont herbergié,
Ains sont .xii. laron, traitor renoié,
Qui la sont herbergié pour le pule engingier.
6655Les pelerins mordrisent a doel et a pechié :
Si ont l’or et l’argent, les moneés deniers.
Signor, tout cil laron furent ja chevalier,
Mais il sont de lor terre bani et essillié.
La se sont asamblé, ne sevent gaingier,
6660Mais tolir et enbler, chou est li lor mestier[s].
Plus aiment larechin que nul avoir sousi[e]l.
Cascun[s] a boines armes et boin corant destrier,
Et il nes voilent onques vendre ne engagier.
Tous les vous nomerai, se a plaisir vos vient :
6665Cil ot a non Gonbaus, li quivers renoiés,
Qui par grant traison s’estoit fait roengiés :
Morans et Allivins et li glous Galiens,
Constans et Gonsellins et Ricier[s] et Rahiers,
Flohars de Vallieure et Hagenon[s] d’Orliens,
6670(d)Clarembaus de Valbrune, Corsaus de Valrahier.
Cil ert maistre des autres, s’en estoit sire et ciés ;
Molt estoit fors et vistes et orgellous et fiers.
Et li leres s’en torne cui Dieu[s] doi[n]st encombrier :
Tant com il voit Aiol, vait souavet a pié,
6675Et quant il se depart que il fu eslongiés,
Isnelement et tost s’asist en .i. sentier :
Molt li poisent ses botes, si s’en est descauchiés,
Et desfuble la cape qui molt [l’]avoit cargié.
Tout envolepe ensamble li quivers renoiés ;

    — 6670 corson cf. 6684 — 6671 sire des — 6673 qui