Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Nous vos irons secoure a quanque porons faire. »
Quant l’entendi Aiols, liés fu de la novele :
6510Tous li ceurs en son ventre li saut et esjoiele.

CLXVII[1]

Chele nuit gut Aiols a Mongraille la vile ;
Li castelains Gerelme[s] qui fu pros et nobile[s]
Por lui fist conreer un mangier qui fu riche[s].
Ains n’i et chevalier ne borgois ne mescine
6515Qui n’ait o eus mangiet : tous les semont et prie ;
A mervelles esgardent Mirabel la mescine ;
Les dames de Mongraille li commencent a dire :
« Por Dieu ! biaus dous Aiols, gardés ceste mescine :
« Ainc en tout no vivant plus bele ne veismes.
6520— Par mon cief ! » dist Aiols, « je ne li faurai mie !
« Je le conquis l’autrier par ma chevalerie :
« Avoec moi le menrai en France le garnie,
« Si sera en sains fons levee et baptisie,
« Si le prendrai a feme, se Dex me donc vie. »
6525Et respont la pucele : « .vc. merchis, biaus sire. »
Cele nuit sejornerent a grant joie plentie ;
Si se fissent servir par molt grant signorie
Dessi a l’endemain que l’aube est esclairie.
Li .iiii. fil Gerelme li ont sa sele mise :
6530Sor son ceval d’Espaigne molt volentiers le sisent,
Et li chastelains monte, sel convoie il meismes
Volentier[s] et de gré une liewe fornie ;
Boinement les baisa quant il s’en departirent,
Ses commanda a Dé le fil sainte Marie.
6535(d)Mal en est engingiés li chevalier[s] nobiles :
Ses cousins germains est, mès il nel savoit mie ;
Ja ançois nen ert vespres ne la nuit acomplie,
Avra paor de mort et tel besoing d’aie,
Ainc mais n’en ot si aspre a nul jor de sa vie.

CLXVIII[2]

6540Des or s’en va Aiols, si a pris le congié ;
S’en maine la pucele et trestous ses destriers.

  1. — 6512 Le cast. — 6530 fisent — 6534 fiex
  2. — 6541 trestout