Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

6405« Je vous plevi de Dieu le pere droiturier,
« N’arés jamais par moi honte ne encombrier.
— Sire, » dist Mirabiaus, « merchi por Dieu del ciel !
« D’une feme kaitive car vos prenge pitié ! »
El(e) laist aler les mains, et Robaus est dreciés :
6410S’ele veist Aiol ne l’eust mais laissié.
Mal ait quant il s’enfuit demi doi ne plain pié !
Il set bien que fuir ne li aroit mestier,
Mais vers Aiol se dreche tout un antieu sentier.
Aiols point Marchegai des esperons d’or mier,
6415Et a brandie l’anste del roit tranchant espiel :
Vait ferir le laron, si bien a esploitié
Que l’escu de son col li a fraint et perchié
Et l’auberc de son dos desrout et desmaillié ;
Par mi outre le cors li fist passer l’achier ;
6420Toute plaine sa lanche l’abat mort el sentier,
Puis a traite l’espee, si li trenche le cief,
Si le pent o les autres desor .i. des destriers.
Quant le voit Mirabiaus, s’en ot molt le ceur lié.

CLXV[1]

La pucele fu lie quant vit le bacheler,
6425Por chou que il estoit del serpent delivrés.
Ele s’en vint a lui, si l’a araisoné :
(f. 141)« Dites, del serpent, sire, com estes delivrés ?
— Bele, » che dist Aiol[s], « mors est, la merchi Dé !
« Or retornons ariere, je le vos voil moustrer. »
6430Ariere s’en repairent tout le cemin feré :
Virent le serpent mort, ochis et afolé ;
Li ceval desous eus en sont espaventé :
Cil qui devant aloient sont vers France torné.

CLXVI[2]

Des or s’en va Aiol[s], s’en maine la pucele ;
6435Desor les .vii. chevaus ot torsees les testes ;
Celes as Sarrasins sont encoistres et laides,
Mais cele al crestien fu toute la plus bele.

    — 6407 et 6423 mirabel — 6418 desront