Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Devant lui a la terre l’abati mort sovin ;
Puis a traite l’espee, si va l’autre ferir
(d)Par des(o)us les espaules si que la teste en prist :
Si faite compaignie li mavais hom lor fist.
6105Après Aiol s’akieut tout le feré cemin ;
Encor(e) le fera il coureçou[s] et mari
S’Aiols ne s’en prent garde qui oire son chemin.

CLIV[1]

Des or s’en va Aiol[s] tout son chemin plenier ;
S’en maine la pucele et les corans destriers.
6110Toute jor a li ber esré et chevalciet
Tant que il refu vespre et près de l’anuitier :
« Hé ! Dieus ! » dist Mirabiaus o le cors afaitié,
« Molt est lonc cele Franche ou devons repairier !
— Bele, » che dist Aiol[s], « or ne vos esmaiés :
6115« Chi devant a un pui et un castelet viés
« Et une vile gaste, li mur sont desrochié ;
« Mais il n’i maint nus hon né[s] de mere sousiel.
« Cele part, se je puis, me metrai volentiers :
« Bien i porons huimais lés le mur herbergier ;
6120« Demain arons secor[s], se Dieus l’a otroié.
— Sire, » dist la pucele, « che soit al dieu congié. »
La vile trovent gaste u durent herbergier,
El chief d’une montainge lés .i. desrube fier :
Desous ot .i. praiel et .i. large vivier.
6125A pié sont dessendu des auferans destrier[s] :
Aiol[s] les enpasture, li gentieus chevaliers ;
Li ceval peurent l’erbe et burent el vivier.
La pucele se couche dalés le chevalier :
Hestes vos gentil home povrement herbergiet,
6130C’Aiol[s] ne la pucele n’ont la nuit que mangier :
Ja donast por un pain tout le millor destrier
Des .vii. que il avoit conquis el gaingié.
Il ot l’auberc vestu et son elme lachié,
La grant espee çainie, son escu sor son chief,

    — 6107 Caiols

  1. — 6112 mirabel — 6113 lons