Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tant redoutent Aiol ne l’osent envair.
(c)Plorant s’en sont torné, Dex les puist maleir !
Dessi a Malrepaire ne prisent onques fin.
Robaus les voit, lor maistres, a l’encontre lor vint :
6070Il les [a] apelés com ja porés oir :
« Com avés vos ovré, franc chevalier gentil ? »
Et cil li respondirent : « Tout somes mal bailli,
« Et en vo compaignie nos fiomes petit :
« Tout est vo maison arse et vo pont leveis,
6075« Et no compaignon sont detranchiet et ocis. »
Quant l’entendi li leres, a poi n’esrage vis :
Il a prises ses armes, s’a son ceval saisi ;
Trés par mi le grant bos a adrechier se prist :
Dessi a le maison ne prist il onques fin,
6080Si le trova toute arse et son grant pont brui ;
Il vit ses compaignons ens el fosé gesir ;
Et quant le voit li leres, a poi n’esrage vis.
Il repaira as autres, ses a a raison mis :
« Venrés vos avoec moi, franc chevalier gentil ?
6085« Si sievrai le glouton qui si m’a escarni :
« Se je le puis ataindre a pui ne a lairis,
« A fossé u a ter[tr]e u il soit endormis,
« Je n’en prendroie mie trestot l’or que Dex fist
« Que n’en prenge la teste al branc d’achier forbi ! »
6090Li laron respondirent : « Mervelles avés dit :
« Maistre Robaut, biaus sire, vos nos este[s] failli ;
« A che premier besoing vos estes foi menti :
« De vostre compaignie somes tout departi,
« N’irons mais avec vos tant com nos soions vif. »
6095Quant l’entendi li leres, le sens quida marir :
« Comment, fil a putain, si m’estes defailli !
« Vos l’esteut comperer, par les sains que Dex fist ! »
Molt bien se fu armés, cil erent desgarni :
Il broche le cheval et son espiel brandi ;
6100Il fiert le premerain par mi le gros del pis,

    — 6069 Robaut — 6094 vis