Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Fors seulement le mien dont je sui adoubés,
« Car ne donroie cel a home qui soit né[s]. »
Quant l’entendi Robaus, grant joie en a mené,
5760Et dist entre ses dens coiement a celé :
« Par le mien ensiant, quant de moi partirés,
« Onques mais a nul home s’amie ne taurés. »
Dieus ! c’Aiol[s] ne l’entent, li gentiex bacelers !
Ja li trenchast le teste a son branc aceré.
5765« Vasal, » che dist li leres, « or ne vous desmentés ;
« Herbergiés serés vous a vostre volenté :
« Ainc ne le vi faire home de tout mon parenté
« S’il herbergast franc home, ne eust ostelé,
« Que ja por une nuit li contast son souper ;
5770« Et non fera ge vos, car vous me samblés ber.
« Mais chevaciés avant, vostre cors desarmés.
— Sire, » che dist Aiol[s], « .vc. merchis et grés. »
Hé ! Dieus ! qu’il ne sot mie son ceur et son pensé !
Il ne s’i arestast por l’or de .x. chités :
5775Se Damede[x] n’en pense par la soie bonté,
Ainc mais li fiex Elie n’ot .i. si mal ostel
Com cil li venderont ains qu’il soit ajorné.

CXLVIII[1]

Aiol[s] point Marchegai, si cevaucha avant,
(c)Dessi a le maison ne fist arestement :
5780Ne vit fu alumé ne feme ne enfant
Ne de quisine faire nul aparellement.
« Hé ! Dieus ! » che dist Aiol[s], « par le vostre commant,
« Quel gent peuent che estre, pere de Belleant,
« Qui mainent en che bos çaiens si soutiement ?
5785— Sire, » dist Mirabiaus al gent cors avenant,
« Ja ne me querrés mais en trestout mon vivant
« Se che ne sont laron, traiter souduiant :
« Gardés ne vous souprengent, franc chevalier vaillant ;
« Puis que hon est souspris il ne vaut mie .i. gant.
5790— Bele, » che dist Aiol[s], « porqu’en parlés vos tant ?

    — 5759 robaut — 5762 Jamais — 5777 ainc

  1. — 5785 mirabel