Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5615« Molt me nuist cil dessers et la selve ramue ;
« Nous ne tenons chemin ne grant voie batue :
« Or nous consaut cil sires qui maint ens en la nue !
« Molt desir qu’en vo terre fuisse a joie venue :
« S’il vos vient a talent, quitement sui vo drue. »
5620Et Aiol[s] s’escria : « Monjoie ! Dieus aiue ! »

CXLIV[1]

Des or s’en va Aiol[s], s’en maine son eskac.
La pucele fu lasse, se li greva li caus ;
Ele vint a Aiol, si l’en araisona :
« Gentieus damoiseus sire, et de moi que sera ?
5625« Je ne mengai her soir ne hui trois jors [i] a !
— Bele, » che dist Aiol[s] li preus et li loial[s],
« Ne vos ai que doner, foi que doi saint Tumas !
« Vés la tere gastee et le pais tout ars. »
Aiol[s] li fieus Elie devant lui regarda :
5630Coisi .i. pelerin qui a saint Jake ala,
Et vi(e)nt de douche Franche : molt forment se pena.
Aiol[s] point le ceval, contre lui cevaucha ;
Li pelerin[s] le vit, forment le redouta :
Crient ne fust mavais hon qui venist por son mal.
5635(c)Atant es lui Aiol qui bien le salua
De Dieu de sainte gloire qui le mont estora.
Cil ot de Dieu parler, molt se reconforta :
« Icil sires vos gart qui tout le mont forma !
— Amis, » che dist Aiols, « dont viens ? et de quel part ?
5640— Sire, je vieng d’Orliens la fort cité roial.
« La laisai jou le roi molt coreciet et mat
« Por un sien dru Aiol qu’en Espainge envoia :
« Si compaignon l’ont mort cui il le commanda,
« Et li rois les a pris et avalé les a
5645« Ens el font de sa cartre : si dist qu’il les pendra ;
« Se Aiol[s] ne repaire, justices en fera. »
Quant Aiol[s] l’entendi, forment s’en esmaia ;
Pour ses .ii. compaingons en grant freor entra.
Bien et cortoisement Dameldé reclama

  1. — 5621 sen m. s. eskiec — 5628 tous — 5643 qui