Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

contraire, avoir comme d’ordinaire le repos après la quatrième syllabe ; ces vers sont les suivants :

Si n’ai apris mes armes a porter v.282
Ja ne venra en tere n’entre gent 355
Armes as tu molt boines, molt m’agree 524
Car molt avoit grant pieche, nes senti 627
Ensamble avoec ces moines demorés 830
Puis desloia les moines par bonté 872
Mais molt par a le chiere bele et clere 907
Tant soit et fors et jovenes bachelers 1090
Tramis li fu de Rome par chierté 1180
Donc prist Aiols ses armes, s’est armés 1256
Del feure l’a sachie bele et clere 1517
Or fu Aiols li enfes el moustier 1911
De che serviche avoie grant mestier 2072
Qui vos ossast respondre tant ne quant 2721
Que on trovast en Franche qui est grant 2731
Or ne lairai por home desosiel 2940
N’encaucherai mais home desousiel 2945
Aiols ot pris le conte par vigor 3359
Car me guerre est finee, Dieu merchi 3444
Ne devés pas vos homes mal baillir 3464
Tant qu’avrai fait batailles et tornois 3533
Quant li borgois l’entendent, s’en sont lié 3747
Qu’il sera rois de France poestis 3817
Fieus a putain, parjures, Dieu mentis 3823
Aiols a pris cent livres d’orlenois 3842
Que vous arés tout quite vo pais 3939
Et li mès est en France repairiés 3943
Et un anap de madre d’un sestier 4042
Par mon cief, » dist Makaires, « je l’otri 4253
Un grant arpent de terre mesuré 4311
Ens es parens Makaire s’est mellés 4445
Et laisast moi ma terre, bien feroit 4535
De Dameldé le pere glorious 4965