Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que l’escu de son col li a fraint et froé
Et l’auberc de son dos desmalliet et fausé :
Par mi outre le cors li a le fer passé :
5550Toute pleine sa lanche l’abati mort el pré :
« Cuivers, » che dist Aiol[s], « vous l’avés comperé !
« De vostre part ai bien cest eskiec aquité :
« Dieus me consaut des autres par la soie bonté ! »
Et li .iii. Sarrasin l’ont si de près hasté
5555Ne pot li gentiex hom a l’espiel recovrer,
Ne a lui resachier ne del paien jeter.
Puis a traite l’espee dont li puins fu dorés :
S’en va ferir .i. autre que il a encontré :
Par des(o)us les espaules li fait le cief voler :
5560Les .ii. paiens eslonge .i. arpent mesuré ;
Il vit les .ii. ensanble, tant les a plus doutés.

CXLI[1]

Aiol[s] point le ceval, fierement s’eslaissa,
(f. 135)Un grant arpent de tere les paiens eslonga.
Il vit les .ii. ensamble, forment les redouta :
5565N’avoit espiel ne lanche li nobile[s] vasal[s] ;
Li dui paien quidoient que fuiant s’en alast,
La pucele en menaissent que nus nel calengast ;
Folie ont enpensee, car corage n’en a :
Ançois que lor guerpisse molt chier lor vendera.
5570Aiols point le ceval, fierement retorna :
Al tor françois qu’il fist son espiel recovra ;
Par son fier ardement del paien le geta.
Ferir en vait .i. autre que li ber encontra
Que l’escu de son col li fraint et peçoia,
5575Et l’auberc de son dos ronpi et desmailla ;
Par mi le gros del ceur son espiel li passa.
Toute plaine sa lanche l’abat mort del ceval :
« E Dieus ! » che dist Aiol[s], « or somes paringal :
« Dehait qui por cesti la pucele laira
5580« Dessi a icel[e] eure que comperé l’avra. »

CXLII[2]

Aiol[s] point Marchegai, les .ii. renes li lasque,