Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« O moi venrés en Franche en la terre garnie,
5405« Puis vous prendrai a feme, se Dex le me destine. »
Et respont Mirabiaus : « Ce ne vos otroi mie ;
« Car Mahons est mes dieus, si maine grant justice,
« Et por nient s’esmaie qui en lui bien se fie. »
Quant l’entendi Aiol[s], si en ot deul et ire,
5410Et respondi .ii. mos, par mautalent s’aire :
« Mal dehès ait Mahons et qui en lui se fie !
« Car ses vertus ne valent une pume porrie ;
« Et jure Dameldé le fieu sainte Marie
« Se jamais en parlés, tost en perdrés le vie. »
5415Quant l’entent la pucele, molt en fu asouplie.

CXXXIX[1]

Des or s’en va Aiol[s] en Franche son pais,
Se maine la pucele al gent cors signoris ;
De mangier et de boire li estoit talent pris :
(f. 134)Se la bele n’en a, la cuidera morir.
5420Ele su[t] bien parler de .xiiii. latins :
Ele savoit parler et grigois et hermin,
Flamenc et borgengon et tout le sarrasin,
Poitevin et gascon, se li vient a plaisir.
Ele vint a Aiol, par le resne l’a pris,
5425Cortoisement l’apele, si l’a a raison mis.
« Savés, franc damoiseus, que je vos voil jehir ?
« Molt volentiers mangaise et beusse .i. petit.
« Je ne mengai hersoir qui valut molt petit,
« Non, hui est li tiers jors, vaillant .i. paresis,
5430« En tel freor estoie por cel roi mon ami :
« Avoir me dut a feme et je lui a mari ;
« Nel reverai mais, lasse, ne il moi a nul di,
« Tant a je plus mon ceur corechou[s| et mari.
— Bele, » che dist Aiol[s], « onques mais tel n’oi :
5435« Ne vos ai que doner se Damede[x] m’ait :
« Nous ne trovons a vendre ne pain ne car ne vin.

CXL[2]

« Bele, » che dist Aiol[s], « sofrés et endurés.

    — 5406 mirabel — 5412 .i. pume