Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Que ne cort cers ne dains, saingler[s] ne beste.
Li glous s’en va fuiant par mi le tertre :
Aiol[s] point le ceval, (se li) lasque le resne,
5340Et a brandie l’anste, l’ensenge bele ;
Vait ferir le paien en la roele,
Desor la boucle d’or li esquartele,
Et la bronge del dos toute dessere :
Par mi le ceur li met l’anste novele,
5345Tout estendu l’abat mort [de]sor l’erbe :
Puis a traite l’espee que il ot bele,
As .ii. mors Sarrasins trencha les testes,
Puis dist une parole qui molt fu bele :
« Qui ces mors fouira, miex l’en doit estre ;
5350« S’en prenge les aubers, les armes beles :
« Les destriers en menrai ens en ma tere. » 
Il rekevre sa lanche, (et) vint a (la) pucele.
Aiol[s] tendi le main, sel prist al resne,
En riant li a dit : « Pris[e] estes, bele.
5355(c)« Vos n’irés mais avoec la gent averse :
« O moi venrés en France la boine terre ;
« Si serés baptisie et Dieu converse,
« Puis vous prendrai a feme, ne sai si bele. »
Quant Mirabiaus l’entent, por poi ne derve.

CXXXVII[1]

5360Des or chevauche Aiols vers sa contree :
S’en maine la pucele de Dieu donee.
Oiés com faitement s’ert dementee ;
Molt se claime souvent mal euree :
« Or puis [jou] molt bien dire mal sui menee ;
5365« Mar me noristes onques, sire chier pere !
« A tort et a pecié m’en sui sevree :
« Jamais le roi d’Aufrike n’ere espousee !

« Sire, car me laisiés por l’ame vostre pere,
« Si m’en irai ariere en la moie contree :

    — 5350 auberc — 5357 conuerte — 5359 mirabel. Miniature avec cette rubrique : Ch’est com ensi com Aiols a conquisse la puchele.

  1. — 5361 que dex li a donee