Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5270En la crestienté n’avoit plus bele feme.
Li paien le salue[nt] en la loi dont lor menbre :
« Mahomet soit o vos, seur douche, amie gente !
« De par le roi d’Aufrike somes message, dame.
« Si vos a chi mandee par briés et par fianche
5275« A lui vos en viengiés ; tous est prest qu’il vos prenge.
« Mesire est rice rois, ne vieut se loi offendre :
« Il vos atendra bien toutes vos convenences ;
« Mieus vauroit estre mors c’a feme ne vos prenge. »
La pucele respont par molt grant essianche :
5280« Voir molt le doi amer quant il chou me [de]mande.
« Va tost : di ton signor que .i. petit m’atenge :
« Bien m’en poés porter par le rue d’Otrente.
(f. 133)« Mal grei en ait mes peres, estre peut a fianche. » 
Quant Aiol[s] l’entendi, grant joie en ot el ventre,
5285Et jure Dameldé a le fiere poissanche
Souef entre ses dents que nus d’aus ne l’entende,
Que s’il peut esploitier, il lor taura la feme.

CXXXIV[1]

Aiols s’en est tornés qui la covine sot :
Par le pertrui[s] s’en ist, c’atargier ne se vaut.
5290Venus est el vergier, si prist ses armes tost :
A loi de hardi ome aparella son cors,
Puis monte en Marchegai son ceval qui va tost.
Del vergier s’en issi, al plain se mist defors.
Li doi paien s’en issent, Dieus confonge lor cors !
5295Vien[en]t a lor signor ques atent el breullois.
Kinkernars parla primes qui la covine sot,
Et dist a son signor : « Faites vos fier et fort :
« La fille Mibrien aparelle son cors.
— Alés dont, » dist li rois, « chevauciés a esfors :
5300« Vos dui le m’amenés seul a seul, cors a cors,
« Car Mibrien[s] me het et je lui jusc’a mort :
« Issir voil de sa tere que ne truist mes esclos.
« Mirabel le vaillant qui tant a gent le cors

  1. — 5296 Kinkernart — 5303 Mirabiaus