Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

5200Tost l’orent oblié cil qui riens ne l’en fu(re)rent.
Aiols estoit el bos qui soufre et si endure :
Montés en est li ber sor une roche brune,
Contreval a gardé, s’a veu Panpelune,
Les murs et les soliers et les autes pointures :
5205« Hé ! Dieus, tant mar i fustes, » dist Aiols, « Panpelune !
« Si mar vous conquist Karles a la barbe quenue,
« Quant nostre chrestian vos ont la si perdue !
« Las ! ne ferai mais cose dont frans hon ait aiue ? »
Del mautalent qu’il ot tous li sans li remue.

CXXXII[1]

5210Aiol[s] estoit el bos dolant et irascus :
(c)Toute jor a souffert qu’il onques ne s’en mut,
Tant que il vint al vespre al soir et a l’oscur.
Il a çainte l’espee et prist le fort escu,
Et vi(e)nt a Marchegai, par l’estrier monta sus,
5215Et prist en son puin destre .i. roit espiel molu.
Ensi s’en est entrés en son chemin herbu ;
Dessi a Panpelune ne s’est aresteu.
Quant il vint a le porte, devant torna l’escu
Que dedens ne li lancent quarrel ne pel agu ;
5220Esgarda le palais qui Karlemaigne fu :
« E las ! » che dist Aiol[s], « com m’est mal avenu !
« Ahi ! mi compaignon, com m’avés decheu,
« En ceste estrange tere laisiet molt irascu !
« Bien i porai tant estre que tous serai kenu[s],
5225« Par le mien ensiant .iiiixx. ans et plus,
« Ains que fesise cose c’om en France seust. »
Entor la chité vait si qu’il n’i parla plus,
Et trova un vergier qui Karlemaigne fu
De ciprès et de pins et de loriers menus.
5230Et Aiol[s] i entra trés par mi un gaste huis :
Quant il vint el vergier s’est a pié dessendus,
Marchegai atacha a un arbre de fust ;
Haut li loia la teste, n’estoit mie aseur :
Il crient qu’il ne henisse u qu’il soit perceus :
5235Se Sarrazin le sevent mal li est avenu(s).